Les "dangers" du trail

Lorsque vous courez dans la nature vous pouvez êtres confronté à plusieurs risques ou rencontre  qui peuvent s'avérer être dangereuses. Voilà, pour moi, celles que je redoute:

  • les chutes: (les plaies, les entorses,les fractures) Portez de bonnes chaussures. Restez concentrer et regardez où vous posez les pieds
 
  • les chiens : si le chien est le meilleur ami de l'homme, c'est aussi le plus grand ennemi du coureur. Sachez que l'article 1385 du Code Civil mentionne que "Le propriétaire d'un animal, ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est à son usage, est responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fût sous sa garde, soit qu'il fût égaré ou échappé". En cas d'accident ou de dommage, cette responsabilité est présumé de plein droit. Cela signifie que la victime n'a pas à faire la preuve d'une faute du propriétaire ou de la personne ayant la garde du chien. Si cette loi vous donne raison, elle ne vous protège pas d'une morsure de chien. Lorsqu'un coureur rencontre un chien deux cas peuvent se présenter : 

      - le chien est en dehors de son territoire, il n'est pas dangereux et cherchera à s'enfuir.

      - le chien est sur son territoire, dans ce cas il chasse l'intrus; il abois, il s'élance la gueule ouverte. La meilleure défense consiste à crier  fort un ordre bref 

Tout le monde peut y arriver à condition de ne pas avoir peur des chiens et de gueuler fort.

Une autre solution consiste à rester parfaitement immobile. Tant que vous restez immobile vous ne serez pas mordu, que le chien soit dressé ou non.

(source "Encyclopie pratique du Jogging par Serge Cottereau)       

Conseils face aux patoux (ou chiens de troupeaux) : Les chiens de troupeauximg033-1.jpg (1.36 Mo)

  • les piqûres d'hyménoptères (abeilles, guêpes, frelons...) : De suite après la piqûre prendre une dose d'Apis Mellifica 30 CH et une 1/2 heure après 10 granules de Ledum Palustre 9 CH.
 

La vipère vit essentiellement dans la rocaille, les herbes sèches et au bord de l’eau. Elle est active de mars à octobre, plus ou moins en fonction de la    température extérieure. Elle est sourde mais sensible aux vibrations donc elle s'enfuiera avant que vous ne la voyez.

Plusieurs niveaux de gravité :

 Une morsure de vipère n’a pas toujours le même niveau de gravité: Comment se manifeste la morsure ? On voit deux points distants de 5 à 8 mm (la  trace des deux crochets) situées à l’extrémité d’un membre, cheville ou poignet.

         • Stade 0 ou " morsure blanche " : Pas d’œdème, pas de douleur, il n’y a pas eu d’injection de venin.
         • Stade 1 : l’œdème apparaît localement sans dépasser la cheville ou le poignet. Pas de signes généraux.
         • Stade 2 précoce : des signes généraux apparaissent en moins d’une heure: diminution de la tension artérielle, sensation de malaise, signes allergiques   (gêne à la respiration, gonflement de la gorge, rougeur de la peau …).
         • Stade 2 tardif : le gonflement de la peau s’étend à la jambe ou au bras. D’autres signes apparaissent : ganglion au niveau de l’aine ou de l’aisselle, hématome au niveau de la morsure ou apparition de points rouges au niveau de la jambe ou du bras.
         • Stade 3 : l’œdème s’étend au thorax ; atteintes rénale et pulmonaire, troubles de la coagulation sanguine ...

Les traitements :

         Ce qu’il ne faut pas faire :
         • inciser la peau, sucer les plaies, mettre un garrot.
         • l’Aspivenin n’a pas fait la preuve de son efficacité car le venin pénètre en profondeur dans l’hypoderme.
         • injecter de l’héparine ou des corticoïdes.

         Ce qu’il faut faire :
         • désinfecter la plaie avec de l'eau oxygénée ou du Dakin
         • enlever bagues et bracelets qui peuvent faire garrot en cas d’œdème.
         • immobiliser la jambe ou le bras en faisant une atèle
         • traiter la douleur avec du paracétamol (jamais d'aspirine)
         • vaccination et immunoprophylaxie antitétaniques chez le sujet non protégé.

         Quand faut-il hospitaliser ?
         • Stade 0 : ne rien faire de spécial; sans injection de venin, une aggravation est improbable.
         • Stade 1 : hospitalisation de 24 heures, l’évolution est imprévisible ; le traitement sera fonction des symptômes.
         • A partir du stade 2 : hospitalisation, en transport médicalisé, pour 3 à 4 jours avec immunothérapie antivenimeuse. Surtout chez la femme enceinte              le venin est un poison pour le foetus.

Dr. Jacques COVIN (Médecin de la Fédération de la Randonnée Pédestre de la Charente Maritime)

  • les "coups de chaleur" : Boire avant même la sensation de soif et se rafraîchir le plus souvent  possible
 
 
  •  l'insolation : Pensez à porter une casquette et à vous hydrater régulièrement
 
  • la fatigue : Ne présumez pas de vos forces, n'allez pas au delà de vos limites. Etudiez votre parcours et ses difficultés.  
 
  • l'égarement : Etudiez votre parcours. Localisez des points de repère pour vous orienter. Emportez une carte IGN Top 25 et/ou un GPS
 
 
  • les orages et la foudre : Lorsque l'orage survient, il faut s'éloigner des endroits exposés (sommet, arête, fissure...). Il faut éviter de rester à proximité des zones humides et de s'abriter sous un arbre surtout s'il est isolé. 
 
  • les chasseurs : Respectez les. Ce sont des gens responsables et ils ne tirent pas au hasard. Portez un vêtement fluorescent. Faites du bruit lorsque vous approchez du zone de chasse.

 

 

Si vous êtes témoin d'un accident suivez les conseils de "premiers secours" ci-dessous :

 

 

Protégez la victime d'un danger imminent, couvrez-la, mettez-la au sec et réconfortez-la.

Alertez les secours ou les faire prévenir en indiquant, la nature de l'accident, la gravité, le lieu précis de l'accident, les conditions météo locales

 

Emportez votre téléphone portable, mais ne l'utilisez qu'en cas d'extrême urgence.  (n° d'urgence : 112)

 

Les signaux de détresse

 

     oui, j'ai besoin d'aide          

 

     non, je n'ai besoin de rien

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site